Le syndrome du choc toxique : la cup permet-elle de l’éviter ?

Le syndrome du choc toxique, de quoi s’agit-il ? Quel est le lien entre cette infection et les protections hygiéniques ? Comment la reconnaître ? En d’autres termes, quels sont ses principaux symptômes ? La coupe menstruelle est-elle un moyen de l’éviter ? Pour vous fournir les réponses adéquates, la rédaction a mené sa petite enquête sur cette pathologie un peu mystérieuse.

Le syndrome du choc toxique, qu’est-ce-que c’est ?

Le syndrome du choc toxique est une infection déclenchée par les toxines produites par certaines souches de bactéries courantes, particulièrement les staphylocoques dorés. En grand nombre, les staphylocoques dorés libèrent des toxines TSST-1, qui, une fois dans l’organisme, s’en prennent aux différents organes notamment le foie, les poumons, les reins, etc.

Si cette infection est liée aux règles, c’est parce que le port prolongé d’une protection intime comme les tampons est l’un des facteurs à risque.

Syndrome du choc toxique, infection liée aux tampons

En effet, si le tampon reste en place au-delà de 8 heures, cela amplifie le risque de propagation du staphylocoque doré.

Quels en sont les symptômes ?

Le syndrome du choc toxique se manifeste en général par des signes tels que :

  • Les maux de gorge,
  • Des migraines
  • Des vomissements
  • Un malaise
  • Une forte fièvre
  • Des éruptions cutanées
  • Des étourdissements légers
  • La diarrhée.

Si ces symptômes se dévoilent au cours de vos règles, rendez-vous immédiatement chez votre médecin. Si c’est un cas de SCT, on vous indiquera alors des antibiotiques qui entraveront la progression des toxines dangereuses.

Reconnaître et traiter un cas de syndrome du choc toxique

 

Dans le cas où l’infection s’est développée, il peut arriver que la patiente perde connaissance ou dans des cas plus extrêmes, décède ou perdre l’un de ses membres comme ce fut le cas avec le mannequin Lauren Wasser.

Cette jeune américaine avait perdu sa jambe droite en Octobre 2012 après qu’on lui avait diagnostiqué un cas de syndrome du choc toxique. Et récemment, sa jambe gauche a été amputée car elle était très touchée par la gangrène, suite au choc subi en 2012.

Comment peut-on l’éviter ?

Pour ne courir aucun risque, il est recommandé de changer son tampon ou de verser le contenu de sa coupe menstruelle toutes les 4 à 6 heures.

Il faut également bien se laver les mains avec un savon avant de manipuler un tampon ou toute autre protection hygiénique et après le passage aux toilettes.

De même, conserver son tampon ou sa cup durant toute la nuit est purement déconseillé.

Eviter de garder sa cup toute la nuit si l'on veut éviter le SCT

Alterner ses tampons avec des serviettes hygiéniques ou des coupes menstruelles et s’abstenir des tampons hyperabsorbants sont également des mesures préventives qui permettent de contrecarrer cette infection.

Discerner le vrai du faux

Le syndrome du choc toxique ne concerne que les femmes

Faux

Le staphylocoque doré est une bactérie qu’on trouve chez 30 à 40% des personnes, femmes comme hommes. Il est localisé généralement au niveau du nez mais on le détecte aussi dans la gorge, dans le vagin et au niveau de la peau.

Le syndrome du choc toxique peut donc apparaître après une opération ou à un traitement affectant le système immunitaire. Ce qui veut dire que n’importe qui, peut souffrir de cette infection : enfants, hommes et femmes.

Les tampons peuvent favoriser le syndrome du choc toxique

tampons, facteur à risque du syndrome du choc toxique

Vrai

Les tampons ont la particularité d’absorber le sang. Ce qui influe sur la prolifération du staphylocoque doré au niveau du vagin.

Les tampons sont l’unique cause du syndrome du choc toxique

Faux

Bien qu’ils soient un facteur à risque, les tampons ne sont pas toujours à l’origine du syndrome du choc toxique. Ils ne sont pas la cause principale de cette infection comme le pensent certaines. Elle peut faire son apparition après une blessure ou une piqûre d’insectes.

Cependant, les femmes qui ont tendance à garder leurs tampons trop longtemps ont plus de chances de l’attraper.

Porter une coupe menstruelle ne vous protège pas pour autant du SCT

atouts de la coupe menstruelle par rapport aux tampons

Vrai

Les coupes menstruelles ne sont pas une protection efficace contre le syndrome du choc toxique. Il est vrai qu’elles n’absorbent pas le sang mais si elles sont mises au-delà de 8 heures ou 12 heures, elles peuvent représenter un facteur à risque.

Toutefois, elles sont beaucoup plus avantageuses que les tampons. On vous explique pourquoi :

Contrairement aux tampons, elles recueillent le sang au lieu de l’absorber. Du coup, il n’existe pas d’effet de macération, ce qui limite le nombre de la bactérie incriminée.
En outre, elles ne renferment pas de perturbateurs endocriniens et n’entrainent pas de sécheresses vaginales. Vous ne risquez donc pas de choper une infection vaginale.

En exclusivité :

Recevez des codes promo exclusifs, des articles d'actualité, des cadeaux et des exclus de nos partenaires directement dans votre boîte mail en vous inscrivant ici :